Skip to the content.

Open Education

Définition

L’open education est un terme collectif utilisé pour faire référence à de nombreuses pratiques et activités qui ont à la fois l’ouverture et l’éducation à leur cœur. Avant tout, l’éducation ouverte vise à supprimer les obstacles à l’éducation. Cela peut se faire en supprimant des conditions d’entrée, comme l’a fait The Open University (Royaume-Uni), ou en rendant le contenu et les données librement et légalement disponibles pour la réutilisation. Cependant elle reflète également d’autres changements culturels, tels que l’ouverture des méthodes et des pratiques d’apprentissage, qui brouille ou supprime les rôles traditionnels tels que celui de l’enseignant et de l’étudiant, au profit de rôles tels que celui du mentor et de l’apprenant.
Open Education Handbook, Wikibooks


Illustration rapport « Opening up Education », Centre commun de recherche de l'Union européenne

Présentation

L’open education repose sur des contenus pédagogiques nommés ressources éducatives ouvertes (ou libres), de l’anglais open educational resources (OER), qui peuvent être librement utilisable, modifiable et partageable. Ces OER se combinent ensuite à toutes les pratiques pédagogiques pouvant prendre forme autour, des pratiques éducatives ouvertes [open educational practices], liées aux pratiques pédagogiques que l’on trouve dans l’éducation en général pour chercher à favoriser l’apprentissage.

L’ouverture pour l’éducation désigne à la fois ces ressources et pratiques, mais s’utilise aussi pour parler de l’accessibilité d’un enseignement à distance au travers différentes technologies (numérique, radio, télévision…) pour réduire autant les barrières géographiques que financières.

Les ressources éducatives ouvertes vont être protéiformes : un manuel scolaire, un texte, une vidéo, une image, les slides d’une présentation…

Quelques exemples d’initiatives d’open education et d’OER :

La manière de construire et d’utiliser ces ressources va dépendre de tout un ensemble de stratégies en fonction du contexte pédagogique, en présentiel ou en distanciel, en synchrone ou asynchrone, avec une pédagogie plus ou moins active, s’appuyant ou non sur une communauté de pratique… La pédagogie dans toute sa complexité permet d’enrichir l’open education.

Définir précisément ce qui relève de l’éducation ouverte reste délicat, une interprétation large pourrait amener à inclure tout contenu avec une utilité pédagogique publiquement accessible la transformant en une dynamique omniprésente avec le numérique.

Usage

L’open education peut permettre de se former dans différents domaines ou permet en tant qu’acteur de l’éducation de produire une formation en créant ou en réutilisant des ressources éducatives ouvertes.

Bien que limité et très variable d’un domaine à l’autre, il est déjà possible de suivre tout un cursus pédagogique, voir d’obtenir un diplôme universitaire grâce aux universités ouvertes. Par exemple, les personnes dans l’informatique bénéficient fortement de cette formation complémentaire que permet l’open education grâce à un océan de contenu sur Internet.

Sur certains sujets nouveaux ou que l’éducation traditionnelle enseigne insuffisamment, il semble même nécessaire de reposer sur l’open education pour se former, à commencer par les modèles ouverts ou l’écologie.

Impossible de répondre à tous les besoins et de citer toutes les ressources éducatives ouvertes existantes, il va être important de mener une phase d’exploration sur Internet ou dans les bases de données d’OER, la liste de ressources de la brique est une première piste.

Pour produire une formation dans une logique d’open education, il n’existe pas de réponse unique. C’est tout un ensemble d’approches possibles en partant de la publication sous licence ouverte d’une présentation type PowerPoint, jusqu’à la structuration d’un environnement complexe pour produire collaborativement l’OER et rendre possible l’interaction entre les apprenants.

Tout en sachant qu’il reste beaucoup à inventer, les outils pour produire des ressources éducatives ouvertes vont varier d’un projet à l’autre, ils dépendront des moyens financiers ou humains, des compétences techniques, etc.

La brique de connaissances sur les modèles ouverts est un exemple complexe d’open education, une expérimentation de ressource éducative ouverte pour faire de l’éducation aux modèles ouverts, dans une logique de commun numérique développé grâce à des outils provenant de l’open software comme le Markdown, git et GitHub.

Le projet se veut une ressource accessible par toutes les personnes qui ont la volonté de (se) former à ces modèles ouverts. Bien que cela demande quelques connaissances techniques avec lesquelles il faut se familiariser, tout le contenu est récupérable, modifiable, partageable. Un contenu pédagogique librement accessible, qui peut être co-produit, reposant sur des espaces d’échanges avec la communauté autour du projet, les apprenants, les acteurs qui gravitent autour des modèles ouverts.

Nombreux formateurs aux modèles ouverts et au numérique plus largement pourraient trouver un intérêt pour ce type de contenu pédagogique au sein de tout un ensemble d’organisations : des établissements scolaires, des universités, mais aussi dans l’informatique, des institutions publiques, etc. L’usage commercial de la brique étant autorisé, une activité de service comme proposé de la formation aux modèles ouverts en indépendant devient possible.

Paysage

Aujourd’hui, le monde anglophone est plus développé sur l’open education, mais partout la dynamique se construit.

Sous des formes et à des degrés variés, des centaines d’établissements scolaires à travers le monde s’orientent aujourd’hui vers l’open education avec des politiques publiques qui viennent amplifier la dynamique.

Des coalitions d’organisations se mettent en place comme le réseau Open Education Global qui rassemble plus de 250 membres. La problématique de l’accès aux manuels scolaires (open textbooks) fédère une multitude d’acteurs, avec des initiatives comme LibreTexts qui sert de bibliothèque numérique à des dizaines d’institutions (américaines), touchant des millions d’étudiants.

Les structures d’enseignement à distance tel que les universités ouvertes ou des universités plus traditionnelles qui se transforment avec les évolutions technologiques comme le MIT explorent ces nouvelles approches pour favoriser l’accès à l’éducation.

Au niveau politique, l’UNESCO a émis des recommandations sur les ressources éducatives ouvertes en 2019. Le département de l’éducation américain par son office of Educational Technology incite à l’usage de licences ouvertes et les conditionnent pour certains prêts. Sans parler explicitement d’open education, le Ministère de l’Éducation Nationale en France promeut la collaboration et l’utilisation de communs numériques pour le contenu pédagogique dans sa stratégie du numérique pour l’éducation (2023-2027).

Au sein des universités où les sujets de recherche scientifique et d’éducation se mêlent, les politiques d’open science, plus matures, se mettent à inclure un axe sur l’open education dans les réflexions pour venir former le concept d’open scolarship.

Comme pour la recherche, il semble se dégager progressivement une volonté d’investir l’argent public pour former un patrimoine numérique commun.

Histoire

L’histoire de l’open education peut s’inscrire dans la continuité de l’histoire de l’éducation à distance dont les prémices remontent à 1840 et qui évolue au gré des mutations technologiques. Ces premiers enseignements à distance sont attribués à Isaac Pitman qui utilisa la voie postale rendue plus accessible grâce à l’arrivée du train à vapeur.

La télévision et la radio vont donner naissance aux universités ouvertes dont la première sera The Open University, créée en 1969 en Angleterre dans cette période de massification de l’enseignement de l’après-guerre et son modèle va inspirer le reste du monde, ce qui va introduire cette notion d’ouverture par la réduction des barrières géographiques dans l’accès à l’éducation.

L’invention de l’informatique (1945), d’Internet (1969) et plus particulièrement du World Wide Web (1991) seront les évolutions qui donneront véritablement naissance à l’open education moderne.

En observant le développement du mouvement open source dans le monde du logiciel, David Wiley a formalisé la notion d’« open content » en 1998 accompagnée de l’Open Publication License (arrêtée avec l’arrivée de Creative Commons), initialement à destination du contenu pédagogique. En 2001, le MIT va annoncer le programme MIT OpenCourseWare qui vise à publier l’ensemble des supports de cours de l’établissement.

Le terme d’« open educational resources » est adopté en 2002 suite au forum de l’UNESCO « Impact of Open Courseware for Higher Education in Developing Countries ». L’UNESCO a proposé en 2019 une recommandation sur les ressources éducatives ouvertes.